Un livre de recettes locales avec PETRi

Un livre de recettes né du cœur de Tourangeaux amoureux de leur terroir.
Un livre de recettes né du cœur de Tourangeaux amoureux de leur terroir.



Depuis la création de l'union associative PETRi, les bénévoles des associations membres ont collecté de nombreux témoignages au cours desquels des recettes étaient souvent échangées. « Depuis bien longtemps, l'idée d'un livre issu d'une collecte spécifique des recettes locales était dans nos têtes. Les recettes locales, celles qui sont données au cours d'une discussion n'ont pas de prix. La petite anecdote de Jeanne, l'émotion d'Albert, le secret de Violette… C'est dans cet esprit que l'union associative PETRi a souhaité mettre en place ce projet d'édition » déclare la présidente Josette Pinet Hardouin.




Préfacé par Périco Légasse

Plus d'une soixantaine de recettes ont ainsi été collectées, testées et approuvées ! Une quarantaine d'entre elles, valorisant des produits locaux, se retrouveront dans ce livre. L'objectif est de transmettre non seulement des recettes gourmandes mais également des conseils, des souvenirs… « Au-delà des formules culinaires, reflets de la diversité de notre époque, voici les témoignages et les engagements de toutes celles et ceux qui ont accepté de verser leur richesse dans le chaudron commun pour organiser cet immense et fraternel festin. » écrit Périco Légasse, Ridellois de cœur, dans la préface du livre, ajoutant encore : « C'est en souvenir de nos aînés, de ces paysannes et de ces paysans du Ridellois qui ont longtemps trimé pour que nous ayons encore la fierté de pouvoir nous battre pour une agriculture à visage humain, qu'il est essentiel que nous sauvions cette façon unique de donner à manger avec notre cœur. »

Aider PETRi à éditer son livre

Pour financer ce projet et éditer ce livre, en partenariat avec la maison d'édition chinonaise Anovi, PETRi fait appel à un financement participatif. Pour soutenir le projet il suffit de faire un don de 5 € à 1.000 € (déductible des impôts) sur le site kisskissbankbank.


Nouvelle République du 06/03/2015